MathezCRR

Encore un autre jour triste pour la communauté botanique marocaine. Alors que nos mémoires sont toujours peinés par les souvenirs douloureux des disparitions récentes d’éminents botanistes, spécialistes et amateurs du Maroc (Peyre en avril 2015, Quézel en octobre 2015 et Benabid en juillet 2016), une nouvelle brutale vient raviver la douleur : Le 29 décembre 2018, Joël Mathez, spécialiste confirmé de la flore du Maroc et grand ami de notre pays, est décédé à la suite d’une longue maladie. A l’Institut Scientifique de Rabat, où le défunt a passé 13 années de sa vie professionnelle, la nouvelle est accueillie avec beaucoup de peine et d’émotion.

La relation de Joël Mathez avec le Maroc a commencé en 1963, année de son affectation à l’Institut Scientifique de Rabat, destin peu commun pour un jeune lauréat de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Ainsi, à peine âgé de 23 ans, il aura la lourde tâche d’assurer la succession de Charles Sauvage à la tête du Département de Botanique et d’Ecologie Végétale. Dès lors, ses responsabilités allaient être partagées entre l’Herbier national « RAB » et le Jardin botanique de l’Institut Scientifique, l’enseignement à la Faculté des sciences de Rabat et ses recherches floristiques et écologiques sur le Plateau Central marocain.

En 1975, Joël Mathez regagne la France où il est nommé à l’Université de Montpellier. De là, bien que géographiquement loin du Maroc, il a toujours prêté une importance et une attention toutes particulières à notre flore. Une de ses grandes fiertés était sans doute la réalisation du projet « Flore pratique du Maroc » qu’il a co-initié, co-dirigé et suivi depuis 1982 jusqu’à 2014. Durant toutes ces années, de nombreux botanistes marocains ont pu avoir l’occasion de le fréquenter et de bénéficier de ses connaissances et compétences. Concrètement, il a encadré ou participé à la formation d’une dizaine de chercheurs, actuellement en exercice dans les universités nationales à Rabat, Casablanca, Marrakech…

A l’échelle extérieure, Joël Mathez a été la voix du Maroc en l’aidant à intégrer des projets, instances ou forums d’envergure comme le projet « Med-Checklist », l’Organisation « OPTIMA », le réseau « Tela-Botanica », « African Plant Initiative »…

Joël Mathez incarnait le dernier lien solide de la coopération botanique franco-marocaine. Et, il est certain qu’avec son absence, une page est tournée sans perspective de relève du moins à court terme.

Sur les plans humain et personnel, nous amis de Joël, nous garderons le souvenir d’un homme aimable, serviable et de bonne compagnie.

A sa chère épouse, ses filles et ses petits enfants, nous exprimons notre profonde affection et notre sincère sympathie. Nous partageons leur peine.

Que son âme repose en paix.

Rabat le 08/01/2019
Fennane M., El Oualidi J., Ibn Tattou M. & Ouyahya A.
Université Mohammed V de Rabat, Institut Scientifique, déptartement de Botanique